modem_91_int_bakari

Interview de Alban BAKARY, vice-président des Jeunes Démocrates

modem_91_int_bakari

Les Interviews du Site MoDem 91 : Alban BAKARY, qui nous présente le rôle et le fonctionnement des jeunes démocrates (JDEM).

Biographie : Alban Bakary est un jeune essonnien membre du bureau national des jeunes démocrates (JDEM) et en est l’un des vice-présidents.
Alban a rejoint l’UDF en 2005, puis le Mouvement Démocrate dès sa création. Convaincu par les valeurs du Centrisme (Indépendance, Démocratie, Europe et Ecologie), il a intégré le Bureau des Jeunes Démocrates de l’Essonne avec la volonté de s’occuper des adhérents et des sympathisants. Son objectif : « Faire des Jeunes Démocrates une structure ouverte aux idées et aux compétences diverses ».
Il a également un parcours associatif de longue date. Après avoir présidé une association de résidents universitaires (97-00), il fut élu étudiant au CEVU de l’Université de Tours (98-00) puis membre du Conseil d’administration du CROUS d’Orléans-Tours (00-02).
Aujourd’hui, il s’investit en tant que Président dans une structure événementielle nommée “Meeting People“, qui organise des manifestations culturelles, festives et sportives en région Centre et en Ile-de-France.

 

T. Meziane : Tu es Vice-président national des Jeunes Démocrates. Peux-tu nous dire en quoi consiste le rôle de cette structure ?

Alban BAKARY :

Les Jeunes Démocrates sont une émanation du Mouvement Démocrate, dans la mesure où en font partie tous les membres du Modem âgés de moins de 33 ans. Les Jeunes Démocrates sont cependant organisés de façon autonome, sans pour autant vivre en autarcie. En effet, nous avons une structuration organique qui nous est propre, avec un Président, un Bureau national (BN) et un Conseil national. Nous fonctionnons de façon assez indépendante sur la réflexion de fonds, la production d’idées et la réalisation d’actions concrètes. Mais nous veillons aussi à ne pas nous isoler des aînés car notre vocation est la même : servir les valeurs humanistes, européennes, et de développement durable. C’est la raison pour laquelle nous collaborons beaucoup avec les membres aînés du Shadow Cabinet.

T.M. : Quelles sont les principales activités que vous menez ?

Continue Reading
modem_91_int_rochefort

Interview de Robert Rochefort, Député européen, en charge de l’économie au shadow cabinet du Mouvement Démocrate.

modem_91_int_rochefort

Les Interviews du Site MoDem 91 : Robert Rochefort

Biographie : Diplômé de l’Ecole Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique (ENSAE), il prend la tête du département des statistiques de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie. En 1987, il est nommé Directeur du Centre de Recherche pour l’Etude et l’Observation des Conditions de Vie (CREDOC), dont il devient le Directeur Général en 1995. En juin 2009 il renonce à ces deux fonctions afin de se consacrer pleinement à son mandat de député européen. Vice-président du Mouvement Démocrate, il coordonne les activités des commissions nationales thématiques du Mouvement Démocrate.

 

T. Meziane : Le Président de la République, Nicolas Sarkozy, lors de ses vœux du nouvel an, a déclaré que « La France tiendra ses engagements en réduisant ses dépenses publiques et ses déficits, sous peine de voir son indépendance gravement menacée ». Les croyez-vous, lui et son gouvernement, en mesure de tenir cette promesse ?

Robert Rochefort :

Il est bien entendu que dans la conjoncture de crise actuelle, le gouvernement essaiera d’agir pour que le déficit soit le moins élevé possible. Il m’apparaît, cependant, que les objectifs de cette réduction et les calculs qui en ressortent sont exagérément optimistes. Ils se basent sur une prévision de croissance économique en 2011 proche de 2% alors que nous savons déjà qu’elle sera plus faible, de l’ordre de 1,8%. Or, l’effet de levier de la croissance sur la réduction des déficits est considérable car elle conditionne le niveau des recettes de l’Etat. En conséquence, pour tenir la promesse du Président de la République, il est à craindre que le gouvernement soit obligé de recourir à un budget rectificatif mettant en place de nouvelles coupes budgétaires dans le milieu de l’année.

T.M. : Que préconiseriez-vous, au Mouvement Démocrate, afin que la France sorte de cette spirale de l’endettement et du déficit ?

Continue Reading